News/actualités

March 5, 2022

CJCF Condemns Russian invasion of Ukraine

The Canadian Jewish Community Forum condemns without reservation, Russia’s unprovoked invasion of Ukraine.   We express solidarity with the citizens of Ukraine and Ukrainian communities in Canada and our prayers go out for the safety of all those who are in peril.   

This attack is unjustified and Russia’s stated reasons are without basis in truth.   We applaud the Government of Canada for its efforts to provide refuge to Ukrainians fleeing their homes and for vigorously supporting international sanction efforts.

For individuals wishing to donate to this cause there are various organizations accepting donations among those are: 

Canadian Red Cross

The Government of Canada announced that it will match all donations by individual Canadians to a collective maximum of $10 million. Red Cross said that the campaign has reached the federal government’s mark but additional donations will still be accepted.

Your local Jewish Federation is accepting donations to the Ukraine Emergency Fund:

“With the Russian invasion of Ukraine now underway, we are very concerned about the wellbeing of the country’s entire population, including the Jewish community. We are working to get help to those in need as quickly as possible through our partner organizations, The Jewish Agency for Israel, JDC, and World ORT, which have mobilized their extensive operations on the ground.”

November 19, 2021

Steering committee member Hal Joffe co-authors opinion piece in the National Post

Opinion: In our overheated political climate, voter lists present a direct threat to privacy and public safety

Even in the face of such vitriol, governments continue to give political parties and candidates copies of voter lists, which include full names and home addresses. To read the full article please click on the attachment:

https://nationalpost.com/opinion/opinion-3

September 30, 2021

Doing Better Means Every Day, Not Just One Day: A Public Statement from the Canadian Jewish Community Forum

SEPTEMBER 30, 2021- With the new Canadian federal statutory holiday on September 30, the Canadian Jewish Community Forum (CJCF) would like to publicly acknowledge the tragedies that are finally coming to light and to voice in the strongest of terms our support for the First Nations communities in Canada and their call for truth and reconciliation. One statutory holiday does little to assuage the centuries of oppression and intergenerational trauma. However, it is our hope that as more people become aware of the tragedies inflicted on the First Nations people of Canada, real discussions can begin that move us towards action.

Since May, 2021, more than 1,800 graves have been found between six former Indian Residential Schools in Canada. For context, 139 Indian Residential Schools were run by Christian groups and funded by the government of Canada for the purpose of “aggressively assimilating” First Nations from 1879 until the last Residential School closing in 1996. These graves, filled with the bodies of First Nations children (aged 3 years to adulthood), are the tip of the iceberg for the horrors of the genocide experienced by First Nations people in Canada.

While the government of Canada agreed to the creation of the Truth and Reconciliation Commission in 2008, there are many key areas of growth for Canada and Canadians. For example, several public figures have used their platforms to defend “the good” of the Residential School System. These incidents show that people in public positions of power have not all been able to understand the importance of this issue, its historical implications, and its relevance today.

However, are we, the public, less to blame? In 2020, the In Plain Sight report found that 84% of First Nations in British Columbia have experienced racial discrimination in the healthcare system. In addition, 59% of First Nation respondents working in healthcare reported colleagues saying discriminatory or hurtful comments in front of them.

Outside of healthcare, Canadians’ attention span for this intergenerational trauma seems to be a short one. Google Trends, which monitors how often people search a topic (or a related topic), reveals almost no interest in “Residential Schools” in Canada before the end of May 2021 and almost no activity after the beginning of July. “Truth and Reconciliation”, however, has gone up exponentially, suggesting that people want to learn about indigenous issues that are discussed in the public sphere. It is more important than ever to encourage public discussion and awareness.

The facts above are a stark reminder of the cruelty of the past, and the CJCF wishes to express its solidarity with the many First Nation Peoples in Canada. Beyond performative gestures such as changing street names, the government must engage in real change at a foundational level. We understand that a People are not wholly defined by their loss – nor would  many want to be- but can be self-defined and growth-oriented. Cultures survive generations because they are full, rich, and connected, and they deserve to continue to be passed on. Truth and Reconciliation are not the end, but are a requirement for a context in which flourishing can happen. The Canadian Jewish Community Forum offers itself as an ally with First Nations in the journey to reach reconciliation. We urge our fellow citizens and all levels of government to work together to move forward to address historical injustices and ongoing issues.

For further information contact Dr. Simon Elterman, Canadian Jewish Community Forum  

thecjcf@admincjcf

Faire mieux, c’est tous les jours, pas seulement un jour : Une déclaration publique du Forum de la communauté juive canadienne

30 SEPTEMBRE 2021
À l’occasion du nouveau jour férié fédéral du 30 septembre, le Forum de la communauté juive canadienne (CJCF) souhaite reconnaître publiquement les tragédies qui sont enfin révélées et exprimer dans les termes les plus forts notre soutien aux communautés des Premières Nations du Canada et leur appel à la vérité et à la réconciliation. Un jour férié ne suffit pas à apaiser des siècles d’oppression et de traumatisme intergénérationnel. Cependant, nous espérons qu’à mesure que davantage de personnes prennent conscience des tragédies infligées aux Premières Nations du Canada, de véritables discussions pourront s’engager et nous amener à agir.

Depuis mai 2021, plus de 1 800 tombes ont été découvertes entre six anciens pensionnats indiens du Canada. Pour situer le contexte, 139 pensionnats indiens étaient gérés par des groupes chrétiens et financés par le gouvernement du Canada dans le but d'”assimiler agressivement” les Premières Nations, de 1879 jusqu’à la fermeture du dernier pensionnat en 1996. Ces tombes, remplies de corps d’enfants des Premières Nations (âgés de 3 ans à l’âge adulte), sont la pointe de l’iceberg des horreurs du génocide vécu par les Premières Nations au Canada.

Bien que le gouvernement du Canada ait accepté la création de la Commission de la vérité et de la réconciliation en 2008, il existe de nombreux domaines clés pour le Canada et les Canadiens. Par exemple, plusieurs personnalités publiques ont utilisé leur plateforme pour défendre le “bien” du système des pensionnats. Ces incidents montrent que les personnes occupant des positions publiques de pouvoir n’ont pas toutes été en mesure de comprendre l’importance de cette question, ses implications historiques et sa pertinence aujourd’hui.
Cependant, sommes-nous, nous, le public, moins à blâmer ? En 2020, le rapport ; In Plain Sight   a révélé que 84 % des Premières nations de la Colombie-Britannique ont été victimes de discrimination raciale dans le système de santé. De plus, 59 % des répondants des Premières Nations travaillant dans le domaine des soins de santé ont rapporté que des collègues avaient tenu des propos discriminatoires ou blessants devant eux.
En dehors du secteur des soins de santé, la durée d’attention des Canadiens pour ce traumatisme intergénérationnel semble être courte. Google Trends, qui surveille la fréquence à laquelle les gens font des recherches sur un sujet (ou un sujet connexe), ne révèle presque aucun intérêt pour les “pensionnats indiens” au Canada avant la fin mai 2021 et presque aucune activité après le début juillet. “Vérité et réconciliation”, en revanche, a connu une hausse exponentielle, ce qui suggère que les gens veulent s’informer sur les questions autochtones qui sont discutées dans la sphère publique. Il est plus important que jamais d’encourager la discussion publique et la sensibilisation. Les faits ci-dessus sont un rappel brutal de la cruauté du passé, et le CJCF souhaite exprimer sa solidarité avec les nombreux peuples des Premières Nations au Canada.

Au-delà des gestes performatifs tels que le changement des noms de rue, le gouvernement doit s’engager dans un véritable changement au niveau fondamental. Nous comprenons qu’un peuple n’est pas entièrement défini par sa perte – et beaucoup ne voudraient pas l’être – mais peut se définir lui-même et être orienté vers la croissance. Les cultures survivent aux générations parce qu’elles sont pleines, riches et connectées, et qu’elles méritent de continuer à être transmises. La vérité et la réconciliation ne sont pas une fin en soi, mais une exigence pour un contexte dans lequel l’épanouissement peut se produire. Le Forum de la communauté juive canadienne se propose d’être l’allié des Premières Nations dans le voyage vers la réconciliation. Nous exhortons nos concitoyens et tous les niveaux de gouvernement à travailler ensemble pour aller de l’avant afin de remédier aux injustices historiques et aux problèmes actuels.
Pour plus d’informations, contactez le Dr Simon Elterman, Forum de la communauté juive canadienne.

email: thecjc@admincjcf

July 18, 2021 CJCF welcomes ruling by Court of Appeal of Ontario on Sears case.

The Canadian Jewish Community Forum (CJCF) has welcomed the ruling of the Court of Appeal of Ontario, rejecting the attempt by the editor of  an antisemitic Toronto publication  to appeal his conviction for promoting hate.

In a written decision released on  July 16, 2021, the Court rejected the attempts to appeal the convictions of James Sears on two counts of willfully promoting hatred against identifiable groups – Jews and women – contrary to S.319(2) of the Criminal Code for statements written and published in Your Ward News. The statements appeared in Your Ward News, distributed in Toronto and online between January, 2015 and June, 2018.

“This decision reaffirms once more, as has been determined by the Supreme Court of Canada and multiple other courts, that our justice  system is  capable of understanding the difference between hate speech, as it is now clearly defined and interpreted ,and merely offensive or distasteful statements,” said Les Scheininger, spokesperson for the CJCF. “As was found in this most recent decision, the governing legal principles were set by the Supreme Court of Canada in the case of antisemitic Alberta school teacher James Keegstra in 1990 and guide the Courts in applying the test for promotion of hatred. As in the Your Ward News case, in which the Court was able to determine the distinction between hate speech and satire, the Courts have been capable of applying the law set out in the Keegstra case and deciding which statements are stronger than  ‘dislike’ and  ‘disdain’ or only ”discredit, humiliate, hurt or offend.”  It is nonetheless sad to see decades after the courts dealt firmly with  the likes of Keegstra, Ernst Zundel and others that individuals like this still taint our society with their hatred.

“In Canada, we have the tools to combat hate, whether it is spread by public statements, written word or on the internet. It is the responsibility of government and law enforcement authorities to strongly enforce the law.”

18 juillet 2021 Le CJCF salue la décision de la Cour d’appel de l’Ontario dans l’affaire Sears.
Le Forum communautaire juif canadien (CJCF) a accueilli favorablement la décision de la Cour d’appel de l’Ontario, rejetant la tentative du rédacteur en chef d’une publication antisémite de Toronto de faire appel de sa condamnation pour avoir encouragé la haine.

Dans une décision écrite rendue le 16 juillet 2021, la Cour a rejeté les tentatives d’appel de la condamnation de James Sears pour deux chefs d’accusation de fomenter volontairement la haine contre des groupes identifiables – les Juifs et les femmes – en violation de l’article 319(2) du Code criminel, pour des déclarations écrites et publiées dans Your Ward News. Les déclarations ont été publiées dans Your Ward News, distribué à Toronto et en ligne entre janvier 2015 et juin 2018.

“Cette décision réaffirme une fois de plus, comme l’ont déterminé la Cour suprême du Canada et de multiples autres tribunaux, que notre système judiciaire est capable de comprendre la différence entre le discours haineux, tel qu’il est maintenant clairement défini et interprété ,et les déclarations simplement offensantes ou de mauvais goût”, a déclaré Les Scheininger, porte-parole du CJCF. “Comme on l’a constaté dans cette décision récente, les principes juridiques directeurs ont été établis par la Cour suprême du Canada dans l’affaire de l’enseignant antisémite de l’Alberta James Keegstra en 1990 et guident les tribunaux dans l’application du critère de la promotion de la haine. Comme dans l’affaire Your Ward News, où la Cour a pu établir la distinction entre le discours haineux et la satire, les tribunaux ont été en mesure d’appliquer la loi établie dans l’affaire Keegstra et de décider quels énoncés sont plus forts que “l’aversion” et le “dédain” ou seulement “discréditer, humilier, blesser ou offenser”.  Il est néanmoins triste de constater que des décennies après que les tribunaux aient traité fermement des personnes comme Keegstra, Ernst Zundel et d’autres, des individus comme celui-ci entachent encore notre société de leur haine.

CJCF Holds Insiders briefing on Quebec’s Bill 21 June 23, 2021

The Canadian Jewish Community Forum held an Insiders Briefing on Bill 21,  An Act Respecting the Laicity of the State. On April 21   the Quebec Superior Court struck down key provisions of the legislation. This decision was specific to all English language school boards based on Section 23 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms.

English Montreal School Board Chair Joe Ortona and  Ted Goloff, past president of the Lord Reading Law Society, addressed the virtual gathering. This included CJCF members from coast to coast and leadership from the Canadian Greek community.

The CJCF is a new organization, established by  new leadership and former leaders of the Canadian Jewish Congress, which disbanded 10 years ago. It intends to provide a forum to educate, discuss and debate issues of interest and concern, both regional and national, that impact Canada, the Canadian Jewish community and the welfare of the people of Israel.

The Lord Reading Law Society was founded in 1948 to promote the interests of Jewish members of the Quebec Bar.

Mr, Ortona  explained that the EMSB’s position has always been that Bill 21 conflicted with its values and mission and with those of all Quebecers as expressed in the Quebec Charter of Human Rights and Freedoms. “Its very adoption was contrary to our societal goal of promoting our peaceful co-existence in a pluralistic and inclusive Quebec,” he noted. “We argued successfully that Section 23 guarantees minority language educational rights to English-speaking minorities in Quebec, including the exclusive right of management and control of minority language schools.” 

“Section 23 has evolved through the years and successive decisions of the Supreme Court of Canada have recognized an exclusive right of management and control accorded to linguistic minority communities across Canada for the operations of their public school systems. For this reason we urged the Quebec government to refrain from appealing the judgement. Unfortunately they did not follow that route. So we prepare now for our next date in court.

“Pour comprendre la décision rendue, il faut remonter à octobre 2019, mois au cours duquel la CSEM s’est jointe au Conseil national des musulmans canadiens, à l’Association canadienne des libertés civiles, aux enseignants et enseignantes qui portent un signe religieux et à la Fédération autonome de l’enseignement, qui est un syndicat d’enseignants et d’enseignantes, dans la contestation de la validité de la loi 21 devant la Cour supérieure du Québec. La loi 21 est entrée en vigueur le 16 juillet 2019 et a empêché les enseignants et enseignantes des écoles publiques, les avocats et avocates travaillant pour l’État, les juges et les policiers et policières de porter un signe religieux au travail.

Mr, Ortona said that we have seen the negative impact of Law 21 on our staff- many of whom wear Kipas-  and on the culture in our schools and centres. “The law is forcing individuals to choose between government employment and a desire to wear religious apparel. We have had to refuse employment to some qualified candidates and promotions for others. And of course, many have simply not applied.

The Lord Reading Law Society had standing before the court and has appealed the decision. Mr. Goloff prepared for and pleaded the Society’s challenge to the law. CJCF Quebec spokesperson Frank Schlesinger also chairs the Society’s Human Rights Committee. The Society  took the position that the law has no reason to exist and, in fact, will create and worsen divisions in Quebec rather than solve any problem, the existence of which problem has yet to be proved.


Mr. Goloff argued the illegality of Bill 21, its disastrous effects and that it ought to be struck down, notwithstanding the invocation of the notwithstanding clauses of the Quebec and Canadian Charters. He also cited the “Hart Act” of 1832 that emancipated Jews in the Province of Quebec, the effects of which cannot be struck down by Bill 21.  

There was a tremendous amount of discussion among the participants at the meeting. Discussion moved into Bill 96 and Bill C-32,  language legislation being proposed by the Quebec and Canadian governments.

“Each time the notwithstanding clause is used, it chips away at all of our rights,” said Hal Joffe, a CJCF member from Calgary.

 CJCF National Steering Committee spokesperson Les Scheininger and Mr. Schlesinger agreed that more insider briefings like this will be organized.

CJCF tient une séance d’information pour les initiés sur le projet de loi 21 du Québec 23 juin 2021.

Le Forum communautaire juif canadien a tenu une séance d’information pour initiés sur le projet de loi 21, Loi sur la laïcité de l’État. Le 21 avril, la Cour supérieure du Québec a invalidé des dispositions clés de la loi. Cette décision était spécifique à toutes les commissions scolaires de langue anglaise, fondée sur l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Le président de la Commission scolaire English-Montréal, Joe Ortona, et Ted Goloff, ancien président de la Lord Reading Law Society, se sont adressés à l’assemblée virtuelle. Celle-ci comprenait des membres du CJCF d’un océan à l’autre et des dirigeants de la communauté grecque canadienne.

Le CJCF est une nouvelle organisation, créée par les nouveaux dirigeants et les anciens dirigeants du Congrès juif canadien, qui s’est dissous il y a 10 ans. Il a l’intention d’offrir un forum pour éduquer, discuter et débattre des questions d’intérêt et de préoccupation, tant régionales que nationales, qui ont un impact sur le Canada, la communauté juive canadienne et le bien-être du peuple d’Israël.

La Lord Reading Law Society a été fondée en 1948 pour promouvoir les intérêts des membres juifs du Barreau du Québec.

M. Ortona a expliqué que la position de l’EMSB a toujours été que le projet de loi 21 entrait en conflit avec ses valeurs et sa mission ainsi qu’avec celles de tous les Québécois telles qu’exprimées dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. “Son adoption même était contraire à notre objectif sociétal de promouvoir notre coexistence pacifique dans un Québec pluraliste et inclusif”, a-t-il noté. “Nous avons fait valoir avec succès que l’article 23 garantit les droits à l’éducation dans la langue de la minorité aux minorités anglophones du Québec, y compris le droit exclusif de gestion et de contrôle des écoles de la minorité linguistique.”

L’article 23 a évolué au fil des ans et les décisions successives de la Cour suprême du Canada ont reconnu un droit exclusif de gestion et de contrôle accordé aux communautés linguistiques minoritaires du Canada pour le fonctionnement de leurs systèmes scolaires publics. C’est pourquoi nous avons exhorté le gouvernement du Québec à s’abstenir de faire appel du jugement. Malheureusement, il n’a pas suivi cette voie. Nous nous préparons donc maintenant pour notre prochain rendez-vous au tribunal.

“Pour comprendre la décision rendue, il faut remonter à octobre 2019, mois au cours duquel la CSEM s’est jointe au Conseil national des musulmans canadiens, à l’Association canadienne des libertés civiles, aux enseignants et enseignantes qui portent un signe religieux et à la Fédération autonome de l’enseignement, qui est un syndicat d’enseignants et d’enseignantes, dans la contestation de la validité de la loi 21 devant la Cour supérieure du Québec. La loi 21 est entrée en vigueur le 16 juillet 2019 et a empêché les enseignants et enseignantes des écoles publiques, les avocats et avocates travaillant pour l’État, les juges et les policiers et policières de porter un signe religieux au travail.

M. Ortona a déclaré que nous avons vu l’impact négatif de la loi 21 sur notre personnel – dont beaucoup portent des Kipas – et sur la culture de nos écoles et centres. “La loi oblige les individus à choisir entre un emploi dans le secteur public et le désir de porter des vêtements religieux. Nous avons dû refuser des emplois à certains candidats qualifiés et des promotions à d’autres. Et bien sûr, beaucoup n’ont tout simplement pas postulé.

La Lord Reading Law Society avait qualité pour agir devant le tribunal et a fait appel de la décision. M. Goloff a préparé et plaidé la contestation de la loi par la Société. Le porte-parole de CJCF au Québec, Frank Schlesinger, préside également le Comité des droits de la personne de la Société. La Société a pris la position que la loi n’a aucune raison d’exister et, en fait, créera et aggravera les divisions au Québec plutôt que de résoudre un quelconque problème, dont l’existence reste à prouver.

M. Goloff a fait valoir l’illégalité de la loi 21, ses effets désastreux et le fait qu’elle devrait être invalidée, malgré l’invocation des clauses dérogatoires des chartes québécoise et canadienne. Il a également cité l'”Acte Hart” de 1832 qui a émancipé les Juifs dans la province de Québec et dont les effets ne peuvent être annulés par la Loi 21.

Il y a eu beaucoup de discussions entre les participants à la réunion. La discussion a porté sur le projet de loi 96 et le projet de loi C-32, des lois linguistiques proposées par les gouvernements québécois et canadien.

“Chaque fois que la clause dérogatoire est utilisée, elle réduit nos droits “, a déclaré Hal Joffe, membre du CJCF à Calgary.

Les Scheininger, porte-parole du Comité directeur national du CJCF, et M. Schlesinger ont convenu que d’autres séances d’information comme celle-ci seront organisées.

CJCF condemns act of “terrorism” on Muslim family.

Toronto, June 9, 2021-    Leadership from the Canadian Jewish Community Forum (CJCF) have expressed their shock and horror following the attack in London, Ontario  that killed four members of a Muslim family and left one child in hospital.

“We extend our deepest condolences to this family, their friends and their community,” stated Les Scheininger, spokesman for the CJCF National Steering Committee. “The perpetrator of this crime chose to murder four innocent human beings and severely injure another merely because of their religion. This was targeted racism and Islamophobia of the worst kind.We stand with the Muslim community and with Canadians across the country in condemning this heinous act.”

Toronto, le 9 juin 2021- Les dirigeants du Forum communautaire juif canadien (CJCF) ont exprimé leur choc et leur horreur à la suite de l’attentat de London, en Ontario, qui a tué quatre membres d’une famille musulmane et laissé un enfant à l’hôpital.

“Nous présentons nos plus sincères condoléances à cette famille, à ses amis et à sa communauté”, a déclaré Les Scheininger, porte-parole du Comité directeur national du CJCF. “L’auteur de ce crime a choisi de tuer quatre êtres humains innocents et d’en blesser gravement un autre simplement en raison de leur religion. Il s’agit d’un racisme ciblé et d’une islamophobie de la pire espèce. Nous sommes aux côtés de la communauté musulmane et des Canadiens de tout le pays pour condamner cet acte odieux.”

close

LET’S KEEP IN TOUCH!

We’d like to keep you updated with our latest news.

We don’t spam! Read our privacy policy for more info.